16 janvier, événement en ligne : Détermination et résistance – Le mouvement des prisonniers palestiniens et le cas d’Ahmad Sa’adat

Samedi 16 janvier
10h Pacifique – 13h Cote Est – 18h UTC – 19h Europe centrale – 20h Palestine
Inscrivez-vous en ligne : https://bit.ly/freesaadat
Facebook : https://facebook.com/SamidounPrisonerSolidarity

Rejoignez le réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun pour un webinaire lançant la Semaine internationale d’action pour la libération d’Ahmad Sa’adat et de tous les prisonniers palestiniens. L’emprisonnement du leader national palestinien Ahmad Sa’adat met en évidence non seulement l’utilisation de l’emprisonnement comme une arme coloniale clé de l’occupation israélienne, mais aussi la complicité de l’Autorité palestinienne et la direction de puissances impérialistes comme les États-Unis, la Grande-Bretagne et les pays de l’Union Européenne.

La célèbre universitaire Lena Meari parlera de l’histoire et du présent de la résistance palestinienne et de la détermination — soumoud — derrière les barreaux, ainsi que de la lutte du mouvement des prisonniers palestiniens contre le colonialisme et du leadership dans la lutte de libération. Elle sera rejointe par Hadeel Shatara, coordinatrice de Samidoun Palestine, qui parlera des prisonniers politiques palestiniens détenus par l’Autorité palestinienne dans un contexte de « coordination de la sécurité » avec l’occupation israélienne, et par Mohammed Khatib, coordinateur de Samidoun en Europe, sur le cas d’Ahmad Sa’adat et la lutte pour relancer la révolution palestinienne.

Biographie de la conférencière :

Lena Meari, née à Haïfa dans une famille de réfugiés du village d’Al-Birweh. Intégrée dans sa formation académique et ses recherches dans diverses disciplines, dont : Anthropologie, psychologie ainsi que les études sur le genre et le développement. Professeure assistante d’anthropologie au Département des sciences sociales et comportementales et à l’Institut d’études féminines de l’Université de Birzeit. Elle a obtenu son doctorat à l’université de Californie, à Davis. Sa thèse de doctorat est intitulée « Sumud : A Philosophy of Confronting Interrogation » (Soumoud : une philosophie de la confrontation des interrogatoires) examine la transformation des relations coloniales en Palestine colonisée du point de vue de l’interrogatoire-réponse. Elle s’intéresse particulièrement à la géopolitique de la production de connaissances, aux méthodologies décolonisées, aux structures coloniales et aux relations coloniales, à la politique du soumoud, à la subjectivité révolutionnaire, à la théorie féministe anticoloniale et aux approches critiques du concept de développement en mettant l’accent sur la Palestine et le monde arabe.