#Nakba74 Journée de la lutte palestinienne : La Palestine résiste pour la victoire, la libération et le retour !

Alors que nous commémorons 74 ans de Nakba en cours visant le peuple palestinien, à l’intérieur de toute la Palestine occupée et partout en exil et en diaspora, nous rappelons et célébrons également 74 ans de résistance, de révolution et de lutte palestiniennes en cours pour libérer la Palestine et affronter l’impérialisme, le sionisme et la réaction. Dans les foyers, les centres communautaires et les rues des villes, villages et camps de réfugiés en Palestine, au Liban, en Syrie et en Jordanie, et dans les villes du monde entier, nous nous souvenons du vol continu des terres palestiniennes, des massacres de Palestiniens et de la dépossession massive du peuple palestinien. Et pourtant, les Palestiniens continuent de se battre pour la libération et le retour, pour la vision, la réalité et la mise en œuvre d’une Palestine libre de la mer au Jourdain.

Le fait que la Nakba n’est pas un événement historique mais une réalité permanente à laquelle le peuple palestinien est confronté est plus clair que jamais. Des milliers de Palestiniens de Masafer Yatta sont confrontés à une nouvelle série d’expulsions, « légitimées » par le régime des tribunaux d’occupation, tandis que les Palestiniens de Jérusalem au Naqab continuent de se battre contre les confiscations de terres et les démolitions de maisons. Quelques jours seulement avant la commémoration de la Nakba, les forces d’occupation ont assassiné la journaliste palestinienne Shireen Abu Aqleh, une voix bien-aimée et connue dans les foyers des Palestiniens et des Arabes du monde entier, en lui tirant une balle dans la tête alors qu’elle couvrait leur invasion du camp de réfugiés de Jénine, où vivent ceux qui restent déplacés par la Nakba en cours.

Le projet sioniste de nettoyage ethnique et d’expulsions était en grande partie achevé le 15 mai 1948, sur 78% de la Palestine historique, construit sur des décennies de colonisation britannique, d’escalade militaire et de répression, de collaboration sioniste-impérialiste et de la déclaration Balfour. Aujourd’hui, nous ne voyons pas seulement le flux continu d’armes et le soutien diplomatique, politique et économique fourni par les puissances impérialistes et coloniales au projet sioniste, nous sommes également témoins des efforts continus pour imposer des régimes de normalisation au peuple arabe, un projet qui n’a pas pris fin avec la présidence Trump aux États-Unis, mais qui se poursuit jusqu’à aujourd’hui. Malgré tous ces efforts, le peuple arabe continue de fixer sa boussole sur la libération palestinienne plutôt que d’acheter les programmes de normalisation commercialisés par l’impérialisme et ses agents. A l’occasion de l’anniversaire de la Nakba, nous nous engageons à confronter l’idéologie raciste et impérialiste du sionisme, qui constitue la base du projet colonial en Palestine.

Alors que les États impérialistes soutiennent le colonialisme à l’intérieur de la Palestine, ils intensifient également leur répression des Palestiniens en exil qui luttent pour leur retour. À Berlin, en Allemagne, où vit la plus grande communauté palestinienne d’Europe, la police a interdit toute commémoration publique de la Nakba, y compris deux marches, deux tentes de sensibilisation, une commémoration culturelle – et même, plus tard, une veillée à la mémoire de Shireen Abu Aqleh. Aujourd’hui même, lorsqu’une centaine de personnes sont descendues dans les rues de Berlin pour manifester spontanément leur soutien à la Palestine, elles ont été encerclées par la police et la manifestation a été réprimée. Cela se produit quelques semaines seulement après que le mouvement palestinien ait remporté une victoire devant les tribunaux français, la tentative du gouvernement français d’interdire le Collectif Palestine Vaincra et une autre organisation de soutien à la Palestine ayant été suspendue par les tribunaux. Cette répression n’est pas distincte de l’alliance de l’Allemagne et de la France avec les États-Unis, de leur participation à l’OTAN et de leur soutien politique permanent à la colonisation de la Palestine.

La commémoration de la Nakba est un jour de deuil et d’indignation, mais c’est aussi un jour de résistance et de lutte pour la libération. Le 15 mai est historiquement commémoré comme la Journée de la lutte palestinienne. Comme le souligne Masar Badil, le mouvement palestinien de la voie alternative révolutionnaire, « le 15 mai a été un jour de lutte révolutionnaire arabe et de solidarité internationale avec le peuple palestinien et son mouvement de libération, et un jour où les forces démocratiques et progressistes du monde ont affirmé leur soutien aux droits légitimes et inaliénables du peuple palestinien. Au sein du Masar Badil, le mouvement palestinien de la voie alternative révolutionnaire, nous devons nous réapproprier ce nom et ce slogan, pour reconsidérer et réaffirmer l’essence et la signification du 15 mai, la commémoration de la Nakba palestinienne, en tant que journée palestinienne, arabe et internationale de lutte pour le retour et la libération. »

En cette journée de lutte palestinienne, nous luttons ensemble contre l’impérialisme et pour briser le siège de Gaza, ainsi que les blocus impérialistes sur Cuba, le Venezuela, l’Iran et de nombreuses autres nations, qui tentent d’affamer et d’isoler la résistance des peuples du monde. Nous luttons également ensemble contre les puissances impérialistes coloniales et nous saluons les luttes des peuples indigènes qui se battent pour la terre, l’autodétermination et la libération, le mouvement de libération des Noirs et tous les mouvements de libération, du Yémen aux Philippines en passant par l’Irlande, qui luttent pour la justice, la libération et la fin de la domination et de l’exploitation impérialiste.

La Nakba est le reflet d’une série de crimes contre le peuple palestinien, déplacements, massacres, viols, expulsions – mais aussi emprisonnement de masse et travail forcé. Aujourd’hui, il y a près de 4 500 prisonniers politiques palestiniens dans les geôles de l’occupation, emprisonnés parce qu’ils représentent le peuple palestinien, sa résistance et sa véritable direction qui n’a jamais été vaincue au cours des 74 ans de la Nakba et des 100 ans de colonialisme. Les prisonniers palestiniens luttent avec leur corps et leur vie, notamment les grévistes de la faim comme Khalil Awawdeh et Raed Rayan et les 600 détenus administratifs qui boycottent les tribunaux militaires depuis le 1er janvier. Malgré les graves tortures subies lors des interrogatoires, le refus de soins médicaux et l’emprisonnement arbitraire à durée indéterminée, les prisonniers palestiniens continuent de se battre.

Se tenir aux côtés des prisonniers palestiniens, c’est se tenir aux côtés de la résistance palestinienne, tout comme les prisonniers pour la Palestine emprisonnés dans les régimes réactionnaires arabes et les prisons impérialistes, de Fusako Shigenobu au Japon, dont la libération est prévue à la fin de ce mois, aux cinq de la Holy Land Foundation dans les prisons américaines, à Georges Ibrahim Abdallah, le révolutionnaire libanais et combattant pour la Palestine emprisonné depuis près de 38 ans en France.

En nous guidant, les prisonniers, les résistants, les visionnaires et les combattants de la liberation de la Palestine indiquent à notre mouvement la direction nécessaire – c’est-à-dire la résistance vers la victoire, le retour et la libération. Intifada après intifada, bataille après bataille, à l’occasion du premier anniversaire de l’Intifada de l’unité et de Seif al-Quds, le peuple palestinien continue de se soulever et de construire un mouvement révolutionnaire pour libérer la Palestine et vaincre et démanteler le projet colonial qui occupe sa terre. Les Palestiniens ont le droit de résister à l’occupation et à l’oppression par tous les moyens nécessaires.

Au cours des trois dernières décennies, le soi-disant « processus de paix » d’Oslo et de Madrid a été une tentative d’imposer la défaite au peuple palestinien par la création d’une « Autorité palestinienne » agissant comme un sous-traitant de l’occupation, liée aux régimes réactionnaires arabes engagés dans la normalisation, et chargée de réprimer la résistance palestinienne à travers la « coordination sécuritaire ». Cependant, il est plus clair que jamais que la résistance n’a jamais été vaincue et qu’elle est peut-être plus forte qu’elle ne l’a jamais été, envisageant et luttant pour la victoire en Palestine. En fait, la nature émiettée et temporaire du projet colonial, en dépit de ses prisons, de ses milliards de dollars d’équipement militaire et de son soutien impérialiste sans entrave, est évidente pour tous. La résistance en Palestine, dans la région et dans le monde, est en hausse, et une Palestine libérée est en vue, et nous devons travailler pour atteindre cet objectif par l’action.

En cette Journée de la lutte palestinienne, ce sont les classes populaires de Palestine qui continuent à mener la révolution : les travailleurs, les agriculteurs et les réfugiés dans les camps ; les pêcheurs et les agriculteurs de Gaza qui produisent malgré un siège vicieux ; les Bédouins du Naqab qui conservent leurs terres malgré la terreur du KKL soutenue par l’État ; les agriculteurs qui affrontent les colons pour défendre la Palestine ; le mouvement des femmes de Palestine, en première ligne de la lutte depuis plus de 74 ans ; les étudiants et les jeunes qui affrontent les armes coloniales, s’organisent sur les campus et se défendent derrière les barreaux des prisons. Ils font avancer la révolution, génération après génération, jusqu’au retour complet et à la libération totale.

Malgré les 74 ans de la Nakba, les réfugiés palestiniens, qui luttent dans les camps au milieu de la pauvreté, du siège et de la dévastation, se battent et s’organisent partout dans le monde, s’accrochent aux clés de leurs maisons et à la promesse de victoire et de retour, marchent et s’organisent, préservant leur fermeté et leur détermination à retourner dans leurs maisons, leurs terres et leurs propriétés en Palestine. Les Palestiniens en exil et en diaspora récupèrent leur voix confisquée dans l’avenir de la Palestine et dans la prise de décision politique : en centrant le retour et la libération, en se levant main dans la main avec la Palestine de la mer au Jourdain.

Partout où les peuples luttent contre l’impérialisme et le colonialisme, la Palestine est là. Chaque victoire obtenue par les mouvements populaires est une victoire pour la Palestine, et chaque victoire pour la Palestine renforce la lutte de libération mondiale. Le droit au retour des réfugiés palestiniens et la défaite de l’impérialisme sont les clés de la libération de la Palestine de la mer au Jourdain. Partout en Palestine – en Palestine occupée de 48, à Jérusalem, en Cisjordanie, dans la bande de Gaza – et en exil et en diaspora, des camps de réfugiés aux villes du monde – la lutte pour la victoire, le retour et la libération progresse.

La brutalité des puissances coloniales en déclin est vicieuse et évidente. De l’assassinat de Shireen Abu Aqleh – qui s’inscrit dans une longue lignée d’assassinats visant ceux qui disent la vérité sur la Palestine – au passage à tabac des personnes en deuil lors de ses funérailles, en passant par les nouvelles quotidiennes des martyrs qui ont perdu la vie dans la lutte pour la libération, le coût humain pour les Palestiniens a été dévastateur et écrasant. Pourtant, malgré tout, le peuple palestinien n’a jamais été vaincu. La Palestine vit, la résistance vit et renforce sa puissance, et une Palestine libérée est à l’horizon, pour mettre fin à la Nakba en cours et vaincre, surmonter et démanteler le projet colonial sioniste. Cette vision doit nous obliger tous, maintenant plus que jamais, à nous organiser, à nous mobiliser et à agir pour la liberté des prisonniers, la liberté de la Palestine, le retour et la libération de la mer au Jourdain.

 

Agissons !

 

1. Boycott Israël ! Sur votre campus, dans votre organisation syndicale et dans votre communauté, vous pouvez travailler pour isoler et affecter matériellement l’occupation israélienne. De la campagne contre les « études à l’étranger en Israël » aux partenariats avec les entreprises qui profitent de l’occupation comme HP, CAF, G4S, PUMA, Pillsbury et bien d’autres, organisez-vous pour mettre fin aux accords avec l’État d’occupation et avec ces entreprises, grâce à un boycott économique, militaire, universitaire et culturel complet. Les efforts de Palestine Action pour prendre des mesures directes pour lutter contre les profiteurs de guerre comme Elbit Systems ouvrent de nouvelles voies pour le mouvement afin d’imposer un coût significatif aux marchands d’armes qui vendent des armes « testées au combat » sur les Palestiniens.

2. Descendez dans la rue ! Une fois de plus, les gens descendent dans la rue pour soutenir la résistance palestinienne, défendre Jérusalem et faire respecter le droit au retour. Organisez un rassemblement, tenez un stand pour la Palestine ou organisez une veillée pour la Palestine. Rendons la Palestine visible partout dans nos communautés. De la campagne « Defund Racism » pour dénoncer les « organisations caritatives » sionistes qui collectent des fonds pour les colonies illégales et l’armée d’occupation, aux rassemblements de masse dans les communautés palestiniennes, il est temps de descendre dans la rue pour libérer la Palestine.

3. Luttez contre la répression ! De Berlin à Toulouse, de Vienne au Canada et aux Etats-Unis, les Palestiniens et les partisans de la Palestine se battent contre la répression d’Etat. Ces attaques font partie intégrante de la criminalisation du mouvement de libération palestinien à l’intérieur et à l’extérieur de la Palestine. Elles visent à répandre la peur dans la communauté et à diviser notre mouvement. Nous devons garder les yeux sur l’objectif – une Palestine libre – tout en résistant et en dénonçant la répression, en passant à l’offensive : exiger que les organisations palestiniennes et les autres mouvements de libération soient retirés des listes dites « terroristes » et lutter pour la libération des prisonniers politiques, des cinq de la Holy Land Fundation à Georges Abdallah. Nous ne laisserons pas les personnes réprimées seules – au contraire, nous nous mobiliserons encore plus pour défendre nos camarades contre la répression et la violence d’État.

4. Rejoignez Samidoun, Masar Badil ou un groupe près de chez vous ! Nous avons besoin d’organisation et de mobilisation pour rendre notre mouvement plus fort. Nous vous invitons à rejoindre Samidoun, le réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens, une section ou une organisation membre près de chez vous. Nous vous encourageons également à vous impliquer dans Masar Badil, le mouvement palestinien de la voie alternative révolutionnaire, y compris l’effort des étudiants du Masar pour intensifier le mouvement étudiant palestinien. Il existe de nombreuses organisations extraordinaires qui travaillent partout pour la justice et la libération de la Palestine, et nous sommes tous plus forts lorsque nous nous organisons collectivement. Rejoignez Samidoun ou une organisation près de chez vous pour construire notre mouvement ensemble. Envoyez-nous un courriel à samidoun@samidoun.net pour en savoir plus sur la façon dont vous pouvez vous impliquer.