Le prisonnier palestinien Raed Rayan suspend sa grève de la faim après 113 jours de lutte avec un accord pour sa libération

Après 113 jours de lutte et de sacrifice pour gagner sa liberté, le prisonnier palestinien Raed Rayan – emprisonné sans charge ni procès dans le cadre de la « détention administrative » israélienne – a suspendu sa grève de la faim avec un accord pour sa libération. Le réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun salue Rayan et ses compagnons de détention pour leur dévouement incessant à mettre leur corps et leur vie en danger, affrontant l’occupation sioniste au quotidien sur les lignes de front de la lutte derrière les barreaux.

La Société des Prisonniers Palestiniens salue la volonté et la détermination de Rayan à affronter le crime de la détention administrative avec une véritable fermeté à tous les niveaux. Les rapports indiquent que Raed Rayan sera libéré en novembre 2022, après le renouvellement définitif de l’ordre de détention administrative à son encontre.

Âgé de 27 ans, Raed Rayan est originaire de Beit Duqqu au nord-ouest de Jérusalem occupée. Il mène une grève de la faim depuis avril 2022, date du dernier renouvellement de sa détention administrative. Il est emprisonné sans inculpation ni procès en détention administrative depuis le 3 novembre 2021. Il avait été libéré de sa dernière période de détention sans inculpation ni jugement quelques mois auparavant, en avril 2021. Tout au long de sa grève de la faim, il a subi de graves menaces sur sa vie et sa santé, et a été détenu dans la célèbre clinique de la prison de Ramle, alors que lui et son codétenu gréviste de la faim Khalil Awawdeh se sont vus largement refuser l’accès aux hôpitaux civils, alors même que leur vie était chaque jour davantage menacée.

Au cours de la semaine écoulée, des dizaines de prisonniers palestiniens appartenant à différentes organisations, dont le Jihad islamique et le Front populaire de libération de la Palestine, se sont engagés dans une solidarité collective avec Rayan et Awawdeh, soulignant que cette lutte n’est pas seulement celle d’individus, mais qu’il s’agit d’une lutte collective de tous les prisonniers et du peuple palestinien dans son ensemble, le mouvement des prisonniers étant en première ligne pour défendre les droits et la libération des Palestiniens. La lutte de Raed Rayan et de Khalil Awawdeh a été relayée dans le monde entier par des manifestations et des mobilisations demandant leur libération immédiate et la fin de la détention administrative.

Avec Raed Rayan, ses camarades, ses proches et le peuple palestinien, nous célébrons sa détermination, sa constance et son engagement pour obtenir la victoire. En même temps, nous devons souligner qu’il est essentiel de maintenir la pression et d’accorder une attention particulière à Raed Rayan et à ses camarades prisonniers. Le régime d’occupation a violé de manière répétée et systématique les accords de libération des grévistes de la faim, dont le plus récent est celui de Khalil Awawdeh, en utilisant divers prétextes pour saper les accords conclus au cours de mois et de semaines de lutte douloureuse mais inébranlable. Nous ne devons pas leur permettre de recommencer, et nous sommes impatients de célébrer la libération de Raed Rayan aux côtés de tous ceux qui aspirent à la justice et à la libération.

Un autre prisonnier palestinien, Khalil Awawdeh, poursuit sa grève pour le 148e jour et il est actuellement confronté à une grave détérioration de son état de santé. La Fondation Muhja al-Quds a déclaré qu’il avait été transféré le 27 juillet à l’hôpital Assaf Harofeh puis renvoyé à la clinique de la prison de Ramle après avoir refusé de recevoir un traitement ou des suppléments. Ils ont averti que selon le rapport des médecins examinateurs, il risque de mourir à tout moment, soulignant la responsabilité exclusive de l’occupation pour la vie, la santé et la sécurité de Khalil Awawdeh.

Âgé de 40 ans, Awawdeh était initialement en grève de la faim depuis 111 jours lorsqu’il a suspendu sa grève. Bien que son ordre de détention ait expiré quelques jours plus tard, il a été renouvelé au lieu d’être libéré, et il a repris sa grève le 2 juillet. Tout au long de cette période, il s’est toujours vu refuser tout contact avec sa famille et, fréquemment, avec son avocat.

La détention administrative a été utilisée pour la première fois en Palestine par le mandat colonial britannique, puis adoptée par le régime sioniste. Elle est désormais utilisée de manière routinière pour réprimer les Palestiniens, en particulier les dirigeants communautaires, les militants et les personnes influentes dans leurs villes, camps et villages.

Il y a actuellement environ 682 Palestiniens emprisonnés sans charge ni procès en détention administrative, sur les 4 700 prisonniers politiques palestiniens. Ces ordres sont émis par l’armée et approuvés par les tribunaux militaires sur la base de « preuves secrètes », dont les détenus palestiniens et leurs avocats n’ont pas connaissance. Délivrées pour une durée maximale de six mois, elles sont renouvelables indéfiniment, et les Palestiniens – y compris les enfants mineurs – peuvent passer des années en détention administrative sans inculpation ni procès.

Le réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun salue Raed Rayan, ainsi que le peuple palestinien et le mouvement de libération dans son ensemble, pour leur détermination et leur engagement dans la lutte dans les conditions les plus difficiles.

Les autorités pénitentiaires de l’occupation intensifient leurs attaques contre les prisonniers palestiniens et leur mouvement, de l’interrogatoire d’Ahed Abu Ghoulmeh à l’isolement des héros du Tunnel de la Liberté qui se sont libérés de la prison de Gilboa, au transfert de l’avocat Salah Hamouri à l’isolement pour se venger de ses déclarations publiques au gouvernement français appelant à l’action, à l’isolement de Shadi Maali dans une tentative de contraindre son fils. Nous appelons tous les partisans de la Palestine à poursuivre et à intensifier leurs actions de solidarité pour libérer Khalil Awawdeh et tous les prisonniers palestiniens – et pour la libération de la Palestine de la mer au Jourdain !