Solidarité avec Ahed Abu Ghoulmeh : un prisonnier palestinien de premier plan transféré pour interrogatoire

Jeudi 21 juillet, le leader palestinien emprisonné Ahed Abu Ghoulmeh a été soudainement transféré pour interrogatoire au centre d’interrogatoire de l’occupation de Petah Tikvah.

Jeudi 28 juillet, l’avocate palestinienne Ghaid Qassem a indiqué qu’elle avait finalement rendu visite à Abu Ghoulmeh, qui est maintenant détenue à la prison de Megiddo, après des interdictions répétées de visites légales au cours de la semaine précédente. La famille d’Abu Ghoulmeh, ses camarades du Front populaire de libération de la Palestine et les associations de prisonniers palestiniens ont demandé une action et une attention urgentes pour faire la lumière sur le cas d’Abu Ghoulmeh et le protéger des attaques de l’occupation.

L’avocate a indiqué qu’elle n’avait été autorisée à lui rendre visite que pendant 15 minutes et qu’Abu Ghoulmeh semblait physiquement épuisé après avoir été transféré à plusieurs reprises du centre d’interrogatoire à la prison, puis à nouveau dans la « bosta », le véhicule entièrement métallique utilisé pour transporter les prisonniers palestiniens, généralement sans climatisation dans la chaleur extrême de l’été. Elle a affirmé qu’en dépit des tentatives de blocage de sa communication et des transferts fréquents, son moral est bon et sa volonté est solide.

Le 21 juillet, les forces d’occupation ont soudainement transféré Abu Ghoulmeh de la prison du désert de Ramon au centre d’interrogatoire de Petah Tikva. Sa famille et ses codétenus n’ont pas été informés de son emplacement, et ce transfert intervient après que deux de ses neveux ont été récemment arrêtés par les forces d’occupation qui ont envahi sa ville natale de Beit Furik. Il a été détenu dans le centre d’interrogatoire jusqu’au mercredi 27 juillet, date à laquelle il a été transféré d’abord à la prison de HaSharon puis à celle de Megiddo.

Wafa’ Abu Ghoulmeh, militante palestinienne et épouse d’Abu Ghoulmeh, a indiqué que de nombreux avocats et organisations de défense des droits de l’homme avaient appelé pour s’enquérir de l’état d’Abu Ghoulmeh auprès des autorités d’occupation, qui ont insisté sur le fait qu’il se trouvait dans la prison de Ramon alors qu’il avait été transféré au centre d’interrogatoire. Elle a déclaré aux médias palestiniens que « l’occupation refuse de reconnaître qu’Ahed est détenue pour interrogatoire, et nous, en tant que famille, voyons que cela représente un grand danger pour la vie d’Ahed ». Elle a appelé « tout le monde à agir immédiatement, avant qu’il ne soit trop tard, car ce qui se passe est dangereux, et il est possible de répéter le même scénario que celui qui s’est produit avec les prisonniers Samer Arbeed et Walid Hanatsheh pendant leur interrogatoire ». Arbeed et Hanatsheh ont tous deux été soumis à de graves tortures physiques lors de leur interrogatoire en 2019, au point qu’Arbeed a été battu si violemment que 11 de ses côtes ont été cassées et qu’il est tombé dans le coma.

Dans un communiqué, le FPLP a déclaré que le transfert d’Abu Ghoulmeh pour un centre d’interrogatoire fait partie d’une attaque systématique contre les prisonniers et d’une politique de vengeance qui vise à nuire aux prisonniers, en particulier aux dirigeants du mouvement, d’autant plus que des dizaines de prisonniers palestiniens ont rejoint une grève de la faim collective en soutien aux grévistes de la faim de longue date Khalil Awawdeh et Raed Rayan, en grève pour mettre fin à leur emprisonnement sans charge ni procès en vertu de la détention administrative. (Rayan a mis fin à sa grève de la faim le 28 juillet avec un accord pour sa libération en novembre). Ils ont également salué la réputation de la détermination d’Abu Ghoulmeh lors d’interrogatoires et d’isolement en de nombreuses occasions, affirmant qu’il vaincrait à nouveau son geôlier.

La Société des Prisonniers Palestiniens a déclaré que l’occupation est entièrement responsable de la vie d’Abu Ghoulmeh, en particulier après que les visites de son avocat ont été entravées à plusieurs reprises, notant qu’il est un leader national du mouvement des prisonniers.

Le réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun exprime sa ferme solidarité avec Ahed Abu Ghoulmeh, un leader du mouvement des prisonniers et un exemple renommé de résistance et de détermination derrière les barreaux de l’occupation.

L’interrogatoire d’Ahed Abu Ghoulmeh s’ajoute au refus de transférer les grévistes de la faim comme Khalil Awawdeh vers des hôpitaux civils, aux transferts répétés et à l’isolement imposé aux héros du Tunnel de la Liberté qui se sont libérés des prisons de l’occupation en septembre dernier, à l’isolement de l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri après qu’il ait appelé le gouvernement français à mettre fin à sa détention, à l’isolement de Shadi Maali dans le but de faire pression sur son fils, et à l’isolement d’Ahmad Manasra, emprisonné depuis son enfance.

Nous demandons à tous les Palestiniens, Arabes et partisans de la Palestine de se joindre à l’action pour soutenir Ahed Abu Ghoulmeh et tous les prisonniers palestiniens qui résistent derrière les barreaux, pour leur propre liberté et pour la libération de la Palestine de la mer au Jourdain.

 

Qui est Ahed Abu Ghoulmeh ?

Wafa’ et Ahed ont deux enfants, Qais et Rita. Il est né en 1968 à Beit Furik près de Naplouse, et a été élu à la tête de la section pénitentiaire du Front populaire de libération de la Palestine en juin de cette année. Il purge une peine de prison à vie plus 5 ans après avoir été emprisonné par un tribunal militaire d’occupation. Il est accusé d’avoir dirigé en octobre 2001 l’assassinat du ministre du tourisme notoirement raciste de l’occupation, Rehavam Ze’evi en représailles à l’assassinat par Israël du secrétaire général du FPLP, Abu Ali Mustafa, en août 2001.

En tant que lycéen, il a fondé l’Union des comités d’étudiants du secondaire dans son village en 1982 et a été arrêté une première fois en 1984 pour avoir organisé des manifestations pour commémorer l’anniversaire du lancement du FPLP. En 1986, il a commencé à fréquenter l’université de Bir Zeit, mais ses études ont été interrompues à plusieurs reprises en raison d’arrestations et de détentions répétées. Il s’est fortement impliqué dans la grande intifada populaire, organisant des comités populaires et des groupes d’action dans la région de Naplouse. Après avoir été arrêté en 1990, il a été transféré en détention administrative pendant un an. Lorsqu’il retourne à l’université, il devient un dirigeant du Front d’action progressiste des étudiants.

En tant que dirigeant du Front populaire tout au long des années 1990, il a été poursuivi à plusieurs reprises par l’occupation israélienne, alors même qu’il avait obtenu son diplôme universitaire, s’était marié et avait eu deux enfants. Il a été particulièrement actif dans la défense des prisonniers palestiniens, représentant le FPLP au sein du comité des forces nationales et islamiques sur les prisonniers et les détenus.

Il a été emprisonné et arrêté à plusieurs reprises par l’Autorité palestinienne dans le cadre de la « coordination sécuritaire » avec l’occupation israélienne, tant en janvier qu’en décembre 1996, où il a été emprisonné pendant cinq mois, et à nouveau en mai 2000. Avec le déclenchement de l’Intifada Al-Aqsa en 2000, Abu Ghoulmeh a joué un rôle de premier plan et il a été publiquement annoncé comme la cible d’un assassinat israélien en avril 2001. Après l’assassinat d’Abu Ali Mustafa et la réponse du FPLP en assassinant Ze’evi, il a été emprisonné par l’Autorité palestinienne dans la prison de Jéricho, dans le cadre d’un accord de coordination sécuritaire, avec Majdi Rimawi, Hamdi Qur’an et Basil al-Asmar, puis avec le secrétaire général du FPLP, Ahmad Sa’adat, sous la surveillance de gardes américains, britanniques, canadiens et turcs.

Pendant cette période, son épouse Wafa’ a été assignée à résidence quatre fois de suite pendant des périodes de six mois afin de l’empêcher, elle et leurs enfants, de rendre visite à Abu Ghoulmeh à la prison de Jéricho. Le 13 mars 2006, les forces d’occupation ont attaqué la prison de Jéricho après le retrait des gardes américains et britanniques, enlevant Sa’adat, Abu Ghoulmeh, Qur’an, al-Asmar, Rimawi et un autre prisonnier politique, Fouad al-Shoubaki, aujourd’hui l’un des plus anciens prisonniers politiques des prisons d’occupation israéliennes.

Il a été soumis à un interrogatoire militaire pendant plus de deux mois, au cours desquels il a subi d’importantes tortures physiques et psychologiques car il refusait d’avouer. Le 1er janvier 2008, il a été condamné par le tribunal militaire d’occupation à une peine de prison à vie plus 5 ans. Il est resté l’un des principaux dirigeants du mouvement des prisonniers et a été soumis à plusieurs reprises à l’isolement, et sa famille s’est vu interdire à de nombreuses reprises de lui rendre visite. Il a été maintenu à l’isolement jusqu’en 2012, lorsque lui et 19 autres dirigeants du mouvement des prisonniers, dont Ahmad Sa’adat et Marwan Barghouti, ont été réintégrés dans la population générale après la grève de la faim massive de Karameh.

Sa femme Wafa’ a continué à être privée de visites, et elle l’a vu pour la première fois en 10 ans en 2018.

En juin 2022, le FPLP a annoncé qu’il avait été élu à la tête de sa branche pénitentiaire, après l’avoir dirigé pendant des décennies.