Le projet impérialiste fossile d’EastMed et la solidarité avec la résistance palestinienne

Le projet impérialiste fossile d’EastMed et la solidarité avec la résistance palestinienne

Republié de Collectif Palestine Vaincra. Read this call in English. Lire cet appel en suédois.

Alors que les luttes de libération des opprimés et des exploités ont toujours été des luttes pour les ressources matérielles et pour les relations que les humains devraient avoir avec leur environnement naturel, la période récente a mis en avant les luttes pour arrêter la destruction de l’environnement et le changement climatique, dans tout le système impérialiste mondial, des périphéries aux métropoles. De même, la lutte pour une société palestinienne libérée, du Jourdain à la mer Méditerranée, a toujours été une lutte pour la possibilité pour son peuple de déterminer son chemins vers un avenir durable. Actuellement, un projet international de gazoduc nommé EastMed est planifié par Israël, ses alliés dans la région et ses bailleurs de fonds impérialistes. En cas de succès, ce projet renforcera l’occupation coloniale sioniste de la Palestine et causera de grands dommages à l’environnement et aux efforts visant à mettre fin à la crise climatique, une menace existentielle pour l’humanité. En tant que réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun, nous nous associons à la campagne internationale visant à arrêter le gazoduc EastMed et nous invitons tout le monde à nous rejoindre.

 

Qu’est-ce que l’oléoduc EastMed ?

L’oléoduc EastMed est un projet de gazoduc de 1 900 km de long (1 300 km sous l’eau, 600 km sur terre) allant d’Israël à l’Europe continentale en passant par Chypre et la Grèce (grâce à un autre oléoduc de 300 km de Grèce à l’Italie appelé Poséidon). Parmi les investisseurs financiers et les partisans politiques figurent Israël, l’UE et les États membres de l’UE, les États du Golfe et les États-Unis avec des entreprises qui prévoient de construire, d’exploiter et, à terme, d’utiliser le gazoduc, basées dans ces pays également. Les plans de l’oléoduc remontant sans doute au moins jusqu’en 2013, les partenaires (Israël, Chypre et la Grèce) prendront une décision finale d’investissement en 2022 et espèrent achever la construction de l’oléoduc en 2025.

Le coût du projet est estimé à 6 milliards d’euros (7,3 milliards de dollars) jusqu’à la fin de la construction, et on estime qu’il devrait produire annuellement jusqu’à 20 milliards de mètres cubes de gaz pour la consommation européenne. La Commission européenne considère ce projet comme une priorité absolue et lui a accordé à la fois un soutien financier considérable et un statut spécial qui lui confère un traitement préférentiel. Les partisans du projet de gazoduc EastMed affirment qu’il offrira une source d’énergie durable (même en utilisant le terme « gaz naturel » au lieu de « gaz fossile ») pour l’UE et ses États membres, ainsi que la paix, la sécurité et la prospérité économique pour la région.

 

Viabilité économique et écologique

Cependant, déjà sur de simples points techniques, le projet d’infrastructure international prévu est sérieusement critiqué. Sur la question de la satisfaction des besoins en gaz de l’UE et de ses États membres, il a été remarqué que non seulement les besoins actuels et prévus sont déjà satisfaits, mais que la demande en gaz diminue (ce qui, remarquablement, est conforme à la stratégie climatique de la Commission européenne, l’un des grands partisans du projet de gazoduc EastMed, lui-même). Simultanément, la rentabilité économique de l’extraction de gaz fossile en général et du gazoduc EastMed en particulier, dont le coût s’élève à 6 milliards d’euros et qui est censé devenir l’un des plus longs d’Europe et l’un des plus profonds du monde, est sérieusement remise en question.

La finalisation et l’exploitation rentable du gazoduc mettent en évidence un autre domaine de critique important, à savoir ses conséquences écologiques. Maintenir le gazoduc en service jusqu’à ce qu’il rembourse ses investisseurs et commence à générer des bénéfices entraînerait des émissions de gaz à effet de serre d’une ampleur insoutenable (en violation des accords mondiaux sur le climat). Le gazoduc émettrait annuellement plus de gaz à effet de serre « que la plus grande usine à charbon d’Europe ». L’emplacement et la conception du gazoduc lui-même sont des sources de préoccupation environnementale : l’écosystème de la mer Méditerranée serait perturbé par l’énorme projet d’infrastructure et en danger constant de fuites toxiques du gazoduc, surtout si l’on considère son emplacement dans des zones où les tremblements de terre sont fréquents.

 

Le pipeline et la solidarité avec la résistance palestinienne

Le réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun reconnaît et soutient la lutte contre la construction de l’oléoduc EastMed, et nous encourageons toutes les forces progressistes, radicales et révolutionnaires du monde entier à se joindre à cette lutte. La lutte contre ce qui n’est rien d’autre qu’une entreprise impérialiste d’extraction de ressources, de concurrence entre grandes puissances et d’appauvrissement des masses du monde est indissociable de la lutte pour la liberté de tous les prisonniers palestiniens, pour le droit au retour de tous les réfugiés palestiniens et pour une Palestine libre et démocratique de la mer au Jourdain.

La question existentielle pour toute l’humanité du changement climatique et de la destruction de l’environnement ne peut être séparée et ne peut être traitée sans la libération de la Palestine et de ses masses exploitées et opprimées de l’occupation sioniste, sans le succès des forces progressistes, radicales et révolutionnaires dans la région et au niveau international contre les forces de l’impérialisme et de la réaction. La centralité de la participation et de la direction populaires dans la lutte pour l’émancipation est depuis longtemps un fondement du mouvement révolutionnaire palestinien. Le leader palestinien emprisonné Ahmad Sa’adat l’a exprimé en déclarant « la Palestine sera libérée par le peuple, et non par les élites ». C’est aussi au cœur des analyses du document fondateur historique Stratégie pour la libération de la Palestine publié par le FPLP. Dans le contexte d’EastMed, nous voyons cette question notamment dans la participation ouverte des régimes réactionnaires régionaux ainsi que de l’Autorité palestinienne dans des forums de collaboration avec l’occupation israélienne et ses partenaires impérialistes : les États-Unis, l’UE, la France et d’autres.

 

Relier les luttes liées à EastMed

En nous joignant à la lutte internationale contre l’oléoduc EastMed et l’impérialisme fossile dans la région, nous reconnaissons que le pillage des ressources et l’anéantissement des conditions de vie font partie intégrante des conditions imposées au peuple palestinien : de l’expulsion au déplacement continus de millions de réfugiés palestiniens, de la pratique du vol de terres par l’expansion coloniale agressive en Cisjordanie au siège militaire de la bande de Gaza et de ses 2 millions d’habitants palestiniens, impliquant l’interdiction périodique forcée et parfois mortelle de la pêche et de l’agriculture dans ses eaux et sur ses terres. La bande de Gaza est en fait le seul territoire palestinien officiel ayant un accès à la mer Méditerranée, avec des réserves de gaz situées dans ses eaux officiellement reconnues internationalement. Sous le siège militaire, et après plusieurs agressions militaires brutales, l’économie de Gaza est dévastée, notamment son secteur énergétique. Un préjudice d’autant plus grave que cela a entraîné un débordement de déchets et d’eaux usées dans la bande de Gaza, polluant ses terres et ses eaux.

La résistance à l’oléoduc EastMed en tant que projet impérialiste international de concurrence, de domination et d’accumulation reflète le fait que la lutte pour la libération de la Palestine est profondément liée aux mouvements plus larges des peuples indigènes et aux mouvements climatiques radicaux à travers le monde. En commençant par la Palestine, la question du gaz est une partie cruciale de la lutte palestinienne pour l’autodétermination. Israël vole le gaz palestinien, et c’est le peuple palestinien libéré qui devrait décider démocratiquement comment il l’utilisera (ou non !), comme pour toute autre ressource entre le fleuve Jourdain et la mer Méditerranée. De même, tous les bénéfices financiers, politiques et autres des gisements de gaz appartiennent au peuple palestinien, au lieu de renforcer davantage le colonisateur et ses bailleurs de fonds internationaux. Il est important, et cela va presque sans dire, que l’arrêt du projet EastMed soit une étape naturelle pour tous ceux qui sont engagés dans des actions et des campagnes anti-normalisation et BDS, car la participation israélienne au commerce international des gaz fossiles renforce considérablement la position régionale et internationale d’Israël.

La lutte palestinienne contre l’occupation coloniale sioniste, ses collaborateurs réactionnaires dans la région et ses alliés impérialistes internationaux, fait écho à de nombreuses luttes tout autour de la planète – comme l’a dit un jour le défunt leader révolutionnaire palestinien Ghassan Kanafani : « La cause palestinienne n’est pas une cause pour les Palestiniens seulement, mais une cause pour chaque révolutionnaire, où qu’il soit, comme cause des masses exploitées et opprimées à notre époque ». Dans le monde entier, des communautés indigènes luttent contre les oléoducs, l’exploitation de l’environnement et l’extraction de ressources non renouvelables, des Amériques à l’Afrique. Pour de nombreuses personnes, en particulier les communautés qui résistent, il s’agit d’un lien naturel, qui a notamment été visible lors des manifestations contre le Dakota Access Pipeline, ou #NoDAPL.

 

Appel à l’action

La lutte pour la protection de l’environnement et l’arrêt du changement climatique, au coude à coude avec la lutte des indigènes et celle des paysans et de tous ceux qui vivent en étroite relation avec la terre et la mer, prend de nombreuses formes dans le monde entier. Du Movimento dos Trabalhadores Sem Terra au Brésil et des mouvements de masse populaires ruraux et urbains des Philippines, aux efforts tentaculaires pour défaire les effets brutalement durables qui ont survécu à l’apartheid en Afrique du Sud et à la lutte du peuple indigène Sami dans la région de Sápmi en Europe du Nord. En fait, des militants samis ont occupé les rues de Stockholm, capitale de la Suède, avec des militants pour le climat l’automne dernier, environ un an après que l’action radicale de grande envergure pour le climat « Folk mot fossilgas » (« Les gens contre le gaz fossile »), qui a été couronnée de succès, ait forcé le gouvernement du pays à retirer son soutien à un vaste projet de combustible fossile. Pas plus tard que le lundi 1er février 2021, les deux groupes d’action directe Palestine Action et Extinction Rebellion ont bloqué une usine au Royaume-Uni appartenant à Elbit Systems, la plus grande entreprise privée d’armement en Israël, dans le but de mener d’autres actions jusqu’à la fermeture de l’entreprise.

Le réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun se tient aux côtés de toutes les forces progressistes du monde entier contre l’impérialisme, la réaction et l’oppression et l’exploitation coloniales. Nous soutenons donc les appels, palestiniens et internationaux, à arrêter le pipeline EastMed, et tout comme nous rejetons le vol de maisons, de terres, de moyens de subsistance et de vies en Palestine, nous rejetons le vol de gaz fossile du peuple palestinien, et nous défendons le droit d’un peuple palestinien libéré à décider démocratiquement de l’utilisation des ressources en Palestine, du Jourdain à la mer Méditerranée.

Nous appelons toutes les forces progressistes, radicales et révolutionnaires du monde entier à mettre fin à tout commerce de gaz fossile palestinien volé et à stopper le gazoduc EastMed.

Dans un premier temps pour s’engager dans un travail local, régional et international, nous appelons toutes les organisations et individus à signer et à soutenir l’appel lancé par le réseau climatique international Gastivists pour arrêter le pipeline EastMed : https://actionnetwork.org/petitions/stop-the-eu-support-for-fossil-gas-in-the-east-mediterranean

Traduction : Collectif Palestine Vaincra