Exigeons la justice suite à l’assassinat du militant palestinien Nizar Banat :...

Exigeons la justice suite à l’assassinat du militant palestinien Nizar Banat : à bas les Accords d’Oslo !

Traduction : Collectif Palestine Vaincra

Le réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun, dont est membre le Collectif Palestine Vaincra, condamne avec la plus grande fermeté l’assassinat de l’organisateur palestinien Nizar Banat, un combattant acharné contre la corruption qui travaillait sans relâche pour mettre fin à la « coordination sécuritaire » entre les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne (AP) et le régime d’occupation israélienne, cadre qui sous-tend les accords d’Oslo. Banat a été à plusieurs reprises emprisonné, interrogé et jugé par l’Autorité Palestinienne. Tôt dans la matinée du jeudi 24 juin, il a été assassiné par les forces de sécurité de l’AP. Nous appelons les Palestiniens, les Arabes et les internationalistes à protester et à s’organiser pour demander vérité et justice ainsi que la libération de la Palestine !

L’assassinat de Nizar Banat reflète une politique consciente de l’occupation israélienne et de l’Autorité palestinienne d’Oslo qui lui est affiliée. Cette dernière remplit sa fonction spécifique qui est de protéger l’existence de l’occupation et son contrôle sur le peuple palestinien en Cisjordanie. Agissant comme des agents de l’occupation, l’AP pratique toutes les formes d’oppression et de terreur, y compris les arrestations politiques, les raids violents et les assassinats, contre le peuple palestinien afin de servir le projet colonial sioniste et de protéger les privilèges de la petite partie des bénéficiaires de l’Autorité palestinienne – la classe d’Oslo affiliée au régime sioniste.

Ce crime ne peut être considéré indépendamment de la politique d’assassinat contre les dirigeants et les combattants palestiniens menée continuellement depuis des décennies par le régime d’occupation israélien. Le cadre de la « coordination sécuritaire », supervisé et mis en œuvre par les États-Unis, le Canada et l’Union européenne (tous engagés dans la formation, le financement et la surveillance des forces de sécurité de l’Autorité palestinienne), est conçu pour employer des agences palestiniennes afin de mener à bien la mission du colonialisme sioniste – poursuivre, réprimer, emprisonner et cibler la résistance palestinienne ainsi que de nombreux Palestiniens – organisateurs, écrivains, intellectuels, militants étudiants – qui présentent une vision alternative pour la libération de la Palestine, de la mer au Jourdain, sans l’entité collaborationniste de l’Autorité palestinienne.

L’objectif de ces forces de sécurité de l’Autorité palestinienne et du projet de « coordination sécuritaire » dans le cadre duquel elles portent des armes est d’empêcher le peuple palestinien et son mouvement de libération de résister efficacement et de renverser le régime d’occupation israélien dans toute la Palestine occupée par la force, la violence et la répression permanentes, au service des intérêts du sionisme et de l’impérialisme, tout en portant l’emblème du drapeau palestinien sur le badge de chaque agent.

La brutalité du passage à tabac de Nizar Banat est évidente sur les photographies de son corps. 25 forces de sécurité de l’Autorité palestinienne – entraînées selon les normes établies par des responsables américains, comme le général Keith Dayton – ont envahi la maison de Banat à Dura près d’al-Khalil à 3h30 du matin, faisant exploser la porte hors des gonds, imitant presque exactement la terreur des raids israéliens nocturnes auxquels les Palestiniens sont soumis quotidiennement avant l’aube. Middle East Eye rapporte : « Ammar, un cousin de Banat… a ajouté que les officiers ont fait irruption dans la chambre dans laquelle Nizar dormait et l’ont immédiatement aspergé de spray au poivre dans la bouche et le nez. Le cousin a déclaré qu’ils ont sévèrement battu Banat avec des matraques en fer et en bois. Nizar étant dans un état semi-conscient, Ammar a déclaré que les forces de sécurité l’ont alors traîné, l’ont déshabillé et l’ont emmené dans un véhicule militaire. » Il a été déclaré mort quelques heures plus tard.

Des milliers de Palestiniens ont défilé dans les rues en signe d’indignation après l’assassinat de Banat, demandant non seulement que justice soit faite et que les responsables de ce meurtre rendent des comptes, mais aussi la chute de Mahmoud Abbas, la chute du régime de l’AP et de sa collaboration avec Israël, et la fin des accords d’Oslo. En effet, le peuple palestinien et la résistance n’ont cessé de réclamer la fin de la coordination sécuritaire depuis le début de sa mise en œuvre, alors que le président de l’AP Mahmoud Abbas l’a déclarée « sacrée. »

L’ensemble du processus d’Oslo a été dévastateur pour le peuple palestinien : des milliers de vies palestiniennes ont été volées sur la voie d’Oslo, tandis que les cadres politiques de la lutte palestinienne ont été déformés, détournés et compromis. Alors que les Palestiniens de la Palestine occupée de 48 continuent d’affirmer leur identité et leur existence et s’organisent pour la libération, la direction palestinienne officielle de l’AP a au contraire « reconnu » Israël, la création de la Nakba et un projet de colonisation de peuplement sioniste sur 78% de la Palestine. C’est pourquoi les organisateurs palestiniens ont exigé une voie palestinienne alternative qui rejette complètement Oslo et le projet de reddition.

En effet, le mois dernier, la mobilisation à l’intérieur et à l’extérieur de la Palestine a souligné la profonde unité du peuple palestinien dans toute la Palestine occupée, de la mer au Jourdain et partout en exil et en diaspora, ainsi que son engagement à résister jusqu’à la libération – deux choses que le projet d’Oslo était censé détruire et saper, mais qu’il n’a absolument pas réussi à faire.

Des milliers de Palestiniens sont descendus dans la rue, indignés par l’assassinat de Nizar Banat, et ont défilé à Ramallah. Ils ont été attaqués une fois de plus par les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne qui ont tiré des gaz lacrymogènes et frappé les manifestants à coups de matraque. « La loi palestinienne protège l’occupation », a affirmé Maher al-Akhras, qui a obtenu sa libération de la détention administrative après une grève de la faim de 103 jours. Ce meurtre survient également après que des dizaines de militants palestiniens, dont des leaders de la protestation et des jeunes qui scandaient dans les marches de soutien à Cheikh Jarrah et à Gaza, ont été détenus, interrogés et attaqués par l’Autorité palestinienne ces dernières semaines.

Lawyers for Justice, qui a travaillé sans relâche pour faire libérer des dizaines de détenus politiques des prisons de l’AP, a fait état de l’utilisation abusive des règlements sanitaires et de la déclaration de l’état d’urgence afin de réprimer l’organisation palestinienne dans un rapport publié deux jours seulement avant le meurtre de Banat. Middle East Eye rapporte que Muhannad Karajah, de Lawyers for Justice, a noté que « Banat l’avait appelé mercredi et lui avait dit qu’il faisait l’objet de menaces de la part des services de renseignement de l’AP, qui lui avaient demandé de cesser de critiquer l’autorité… En tuant Nizar Banat, l’Autorité [palestinienne] confirme aujourd’hui qu’elle est une autorité répressive qui menace tout défenseur des droits de l’homme, et toute personne est soumise à un processus d’arrestation politique.’ »

Bien sûr, l’assassinat de Banat fait écho à de nombreux cas antérieurs de brutalité des forces de sécurité de l’Autorité palestinienne et de complicité avec les crimes israéliens – de l’assassinat de Basil al-Araj par les forces d’occupation israéliennes peu après qu’al-Araj et cinq de ses camarades aient été emprisonnés et torturés dans les prisons de l’AP au meurtre d’Omar Nayef Zayed, retrouvé mort devant l’ambassade de l’Autorité palestinienne à Sofia, en Bulgarie, où il s’était réfugié après que les autorités d’occupation israéliennes eurent tenté de demander son extradition, des décennies après s’être échappé des prisons coloniales.

La détention politique de l’Autorité palestinienne est une « porte tournante » avec l’emprisonnement de l’occupation israélienne pour de nombreux leaders de la jeunesse et militants étudiants palestiniens. Les arrestations de leaders étudiants sur les campus par les forces d’occupation israéliennes sont combinées avec des détentions de « coordination sécuritaire » d’encore plus d’étudiants palestiniens. Il y a quelques mois à peine, les forces de sécurité de l’AP ont attaqué des réfugiés palestiniens à Beyrouth qui manifestaient pour obtenir justice à l’ambassade de l’AP.

Et, de manière tristement célèbre, l’Autorité palestinienne a emprisonné Ahmad Sa’adat, le secrétaire général du FPLP, dans la prison de l’AP de Jéricho de 2002 à 2006. Il a été détenu avec ses camarades Ahed Abu Ghoulmeh, Majdi Rimawi, Basil al-Asmar et Hamdi Qur’an et le leader de longue date du Fatah Fuad Shobaki. Aujourd’hui, tous sont détenus dans des prisons israéliennes, lorsqu’ils ont été arrêtés à la prison de Jéricho par les forces d’occupation israéliennes.

Le sang de Nizar Banat est sur les mains de l’Autorité palestinienne – et donc sur les mains d’Israël, des États-Unis, du Canada, de l’Union européenne et de toutes les parties impliquées dans la création, le maintien et le soutien du cadre de « coordination sécuritaire », qui ne profite qu’à l’occupant et au colonisateur aux dépens du peuple palestinien.

Il est maintenant temps d’agir pour affronter l’Autorité palestinienne et tous ceux qui l’ont imposée au peuple palestinien au détriment de la lutte palestinienne pour le retour et la libération. L’AP, ses bailleurs de fonds et ses formateurs doivent être tenus responsables de leur trahison permanente du peuple palestinien et de leur collaboration avec le régime d’occupation et le colonialisme sioniste. Nous souligons également que ce crime est aussi un appel urgent au boycott, à l’isolement et à la résistance à l’occupation israélienne dans toute la Palestine et ailleurs. Le projet d’Oslo est soutenu par le sionisme, l’impérialisme et les régimes réactionnaires – et il doit tomber et tombera sur la route de la libération de la Palestine, de la mer au Jourdain.   

Source : Samidoun – Traduction : Collectif Palestine Vaincra